Rentrée solennelle du 13 novembre 2012 – Compte-rendu

Compte-rendu de la rentrée solennelle du Collège et de l’Ecole de droit.

Mardi 13 novembre 2012

 

Monsieur le Président Guillaume Leyte a insisté sur la formation d’un esprit de « promotion » avec les années. Le rayonnement du Collège de droit s’intensifie dans les lycées, les cabinets et les institutions juridiques. Son attrait est sa sélectivité.

 

Monsieur le Professeur Pierre Crocq (Directeur du Collège de droit) s’est exclamé « Cinq ans déjà ». Pour lui, le Collège de droit devient une référence à l’extérieur d’Assas. Il nous permet d’obtenir deux diplômes de l’Université, ce qui est un atout essentiel. De plus, les connaissances apportées par le Collège de droit et Assas ne sont pas « du saupoudrage de cours » (référence à certaines universités concurrentes…).

 

Monsieur le Professeur Yves Gaudemet (directeur de l’Ecole de droit 1re année) est ravi de l’effet d’entrainement provoqué par le Collège et l’Ecole de droit sur l’ensemble des étudiants d’Assas. Cela permet d’élever le niveau de tous.

Le professeur Gaudemet pointe néanmoins quelques difficultés de l’Ecole de droit quand à l’organisation de la scolarité : l’Ecole de droit n’a pas de structure autonome à l’intérieur de la scolarité d’Assas et doit composer avec la scolarité de tous les Masters 1 d’Assas.

Beaucoup de professeurs historiens et comparatistes prêtent leur concours à l’Ecole de droit, ce qui permet d’en faire une formation riche et complète qui se renouvelle. Les efforts fournis par l’ensemble du corps enseignant et par les étudiants dont la candidature a été sélectionnée contribuent à la réputation d’Assas (qui n’est plus à faire).

L’équilibre de la formation à l’Ecole de droit en 1re année permet de former les étudiants à la réflexion et n’est pas une compilation de connaissances juridiques :

  • Un séminaire transversal ;
  • Une option entre trois choix de spécialités : public, civil, affaire.
  • Des cas pratiques avec des praticiens extérieurs.

 

Monsieur le Professeur Michel Grimaldi (directeur de l’Ecole de droit 2e année) se félicite lui aussi que le Collège et l’Ecole de droit soient mis à « la pointe de l’Université ». Il faut le dire à l’extérieur d’Assas, car « c’est aux étudiants qu’il appartient de faire rayonner l’université ».

Pour le Pr. Grimaldi, le dernier étage de l’ensemble Collège-Ecole de droit n’est pas facile à construire car les étudiants de M2 viennent d’Assas ou d’ailleurs et chaque M2 possède son autonomie et sa propre activité. Il est difficile de monter un programme commun à tous les Master 2 et de concilier les emplois du temps.

C’est pour cela qu’il n’y aura cette année que vingt heures d’enseignements et qu’une réflexion avec les étudiants inscrits à l’Ecole de droit 2e année (ou non inscrits mais qui voudraient rejoindre l’Ecole) sera organisée sur la manière d’utiliser ces vingt heures : étudier des thèmes, faire des lectures libres, ou préparer des concours avec des exposés-discussions.

La vraie richesse de la 2e année d’Ecole de droit est le mélange et le partage entre étudiants d’horizons et de facultés diverses.

 

Les professeurs Grimaldi et Gaudemet sont aussi d’accord sur la nécessité d’une association de l’Ecole de droit. La solution serait que le président de l’Association, en poste pour un an, soit en M1 pour qu’une fois en M2 il puisse aider un nouveau président.

Une association serait en cours de construction.

 

Questions :

Mobilité à l’étranger :

–          Même si on part en L3, sous condition, on peut obtenir le diplôme du Collège de Droit. Partir en L3 peut permettre de valider la condition de mobilité pour l’obtention du diplôme de l’Ecole de droit.

–          Partir en M1 ne permet pas de suivre les cours de l’Ecole de droit. Néanmoins rien n’interdit de candidater en M2 pour intégrer l’Ecole de droit et la condition de départ à l’étranger pour l’obtention du diplôme sera validée.

–          Partir à l’étranger en LLM après le M2 permet de valider la condition de mobilité pour l’obtention du diplôme de l’Ecole de droit.

–          Un stage en entreprise à l’étranger soumis à l’accord de l’université permettrait de valider la condition de départ.

–          En discussion : si problèmes financiers ou matériels existent (impossible pour le cursus, travail…), une alternative serait peut-être d’effectuer des recherches en droit comparé.

 

L’Ecole de droit permet-elle d’accéder aux M2 d’Assas ou à des échanges avec l’étranger plus facilement ?

Les sélections en M2 sont de la responsabilité exclusive du directeur de M2. Néanmoins avoir fait l’Ecole de droit ou le Collège de droit reste un avantage, car c’est un diplôme supplémentaire.

Il ne faut pas oublier que les professeurs de l’Ecole de droit peuvent recommander des étudiants pour les LLM.

Puis est venu le temps du buffet : champagne et petits-fours avec les professeurs et les responsables des diplômes.

 

Bertrand D. Secrétaire général de l’Association du Collège de droit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s